Le Canada et la Première Guerre mondiale

ENGLISH

La plupart des soldats se méfiaient des journaux civils qui étaient en général ultra-patriotiques et excessivement optimistes quant à la fin imminente de la guerre. Les soldats comptaient les uns sur les autres pour apprendre les nouvelles et certaines unités publiaient leurs propres journaux.

Une tribune où s’exprimer librement

Les journaux des tranchées permettaient aux soldats ordinaires d’exprimer publiquement leurs pensées. Des journaux canadiens publiés par des soldats, notamment The Listening Postet The Dead Horse Corner Gazette, se moquaient des difficultés de la guerre et les tournaient en ridicule dans des articles, des poèmes, des blagues et des dessins humoristiques. Les censeurs militaires interdisaient la publication de certaines informations, mais les journaux des tranchées pouvaient être étonnamment francs. Ils constituaient une tribune où les soldats pouvaient librement exprimer la colère et l’aversion qu’ils ressentaient envers leur vie difficile, même si c’était souvent au travers de blagues ou de jeux de mots.

Poursuivez votre exploration avec ces sujets :