À partir du 1er décembre, une preuve de vaccination pour toutes personnes âgées de 12 ans et plus sera exigée pour accéder aux expositions et à tous les espaces publics du Musée, ce qui inclut la participation aux évènements spéciaux.

Preuves acceptées : passeport vaccinal ou preuve de vaccination (électronique ou imprimée), avec une pièce d’identité spécifiant nom et date de naissance.

Main Menu

Salle de la régénération Moriyama

Billets

Cet espace visuellement saisissant, qui porte le nom de l’architecte qui a conçu le Musée canadien de la guerre, Raymond Moriyama, se veut une méditation sur les sacrifices associés aux conflits et le désir de paix qu’a l’être humain depuis toujours.

Le long des murs anguleux se dressent des maquettes en plâtre grandeur nature, réalisées par Walter Allward, qui représentent les figures qui ornent le Mémorial de Vimy en France. Représentant des concepts tels que l’honneur, la justice et la vérité, ces figures mènent à une vue étroitement encadrée de la tour de la Paix, sur la Colline du Parlement.

Sacrifice, le grand tableau de Charles Sims présenté dans la galerie supérieure, témoigne à la fois du cout des conflits et de l’espoir d’un monde meilleur. Cet espace populaire s’accompagne aussi d’un paysage sonore, reproduisant le sifflement du vent.

« Certes, la nature peut être ravagée par les actes de guerre des êtres humains, mais elle survit inévitablement, se régénère et se renouvèle. »
– Raymond Moriyama

 


Raymond Moriyama

Raymond Moriyama dans la salle du Souvenir

Raymond Moriyama
Photo : Musée canadien de la guerre, CWM2011-0055-0064-Dp1

Raymond Moriyama est un architecte de grande renommée du Canada. Il est aussi un des 22 000 Canadiens et Canadiennes d’origine japonaise à avoir vécu l’internement pendant la Seconde Guerre mondiale. Moriyama, alors adolescent, a été envoyé de force dans un camp d’internement dans l’intérieur de la Colombie-Britannique, avec sa mère et sa sœur.

Raymond Moriyama s’est construit une cabane dans un arbre pour l’aider à surmonter les difficultés liées à la vie dans le camp. Ce fut son premier projet de construction. Devenu plus tard architecte, il a, avec son cabinet, Moriyama & Teshima Architects, conçu des structures iconiques qui portent à la réflexion, au Canada et dans le monde, notamment le Musée canadien de la guerre.


 

Photo au haut de la page :
Musée canadien de la guerre, CWM2019-0032-0020-Dm