Des ballons aux drones : Un siècle de reconnaissance aérienne

Billets

Plus de 100 ans après ses débuts, la reconnaissance aérienne n’a fait que croître en importance. La première guerre aérienne (1914-1918) a donné lieu à de toutes nouvelles tactiques et technologies de combats et de bombardements aériens, mais la principale mission des avions au début de la guerre, la reconnaissance, est restée la même jusqu’à la fin du conflit. De l’utilisation de photos aériennes pour jauger des dommages des combats et de l’efficacité militaire pendant la Seconde Guerre mondiale à celle des drones aujourd’hui, la reconnaissance aérienne est sans doute la fonction de l’aviation la plus endurante et omniprésente qui ait survécu à la Grande Guerre.

Historien au Musée canadien de la guerre, John Maker a organisé l’exposition spéciale en cours Un ciel meurtrier – Guerre aérienne, 1914-1918. Il a monté d’autres expositions, comme Étrangers ennemis – L’internement au Canada, 1914-1920 et Histoire orale : Un siècle de services canadiens de dentisterie militaire. Auteur de plusieurs ouvrages et articles sur l’histoire militaire canadienne, il collabore actuellement aux expositions à venir sur la bataille de la crête de Vimy et sur la Campagne des 100 jours du Canada.

Trevor Ford a publié divers articles sur le renseignement national au Canada ainsi que sur l’utilisation de photos aériennes dans l’édification de systèmes d’information géographique. Ce gestionnaire d’archives au Laurier Centre for Military Strategic & Disarmament Studies en est à sa quatrième année d’études doctorales à l’Université Wilfrid-Laurier. Il mène actuellement plusieurs initiatives numériques afin de créer du contenu adapté aux nouveaux médias sur le Canada durant la Première Guerre mondiale.

Gilbert L. McCauley, lieutenant-colonel à la retraite, MSM, CD, est pilote d’hélicoptère. Il a 43 ans d’expérience au sein des Forces armées canadiennes et de l’Aviation royale du Canada. Déployé en Afghanistan à deux reprises (2004 et 2008), il a testé, développé et dirigé l’utilisation du véhicule aérien tactique téléguidé SPERWER. Il a également contribué à la planification du déploiement de tels véhicules à Kandahar et à la transition vers le système qui lui a succédé, le HERON.

En anglais avec traduction simultanée en français.

Présenté dans le cadre de Le monde en guerre – Série de conférenciers internationaux, une série annuelle de présentations de calibre universitaire proposée par le Musée canadien de la guerre pour commémorer le centenaire de la Première Guerre mondiale. Présentés sous diverses formes par des experts canadiens et étrangers, ces rencontres permettent au public d’en apprendre davantage sur la portée de la guerre à l’échelle nationale et internationale, ses coûts et son héritage.

Présentée par Raytheon Canada limitée.

Partenaires officiels du centenaire de la Première Guerre mondiale : John et Pattie Cleghorn et leur famille; le colonel honoraire (à la retraite) John C. Eaton, O.Ont., K.St.J., D.Com. et le colonel honoraire Sally Horsfall Eaton, S.S.St.J., C.D., I.A., LL.D; les Amis du Musée canadien de la guerre; le Groupe Banque TD; VISITFLANDERS et la fondation R. Howard Webster.

Dates et heures
Français Anglais